Qui sommes nous ?



*************** QUI SOMMES NOUS ?
*******************


Nous sommes une association d'amateurs qui pratiquons la reliure pour notre propre plaisir. Notre local se situe à Draveil, au fond de l'allée du Portugal, qui longe la base de Loisirs.
Notre atelier est ouvert les Samedi matin (9h-12h) et après-midi (14h-17h), en présence de notre professeur, Mme Royer; mais également le Mardi matin et le Jeudi matin, sans cette dernière, et cela toute l'année à l'exception des jours fériés du calendrier.
Nous recevrons avec plaisir toute personne intéressée par la mise en valeur ou la sauvegarde des livres, pour connaître notre travail, nous voir à l'ouvrage, poser des questions au professeur, éventuellement s'inscrire à notre atelier, pourquoi pas ? ... cela à tout moment de l'année.
Donc à bientôt.........


Un mot du Président.
Ce blog est le blog de tous les Lieurs. Chacun peut y intervenir librement, insérer du texte, des photos,... Il n'y a pas de censure. Certes, on le constatera; la signature est le plus souvent celle du Président...timidité ? réticence devant l'ordinateur ? Allez savoir ! Peu importe; qui a choisi le rôle de l'animateur se doit de l'assumer !
Mais là n'est pas mon propos. Animateur, certes, mais pas formateur (il y a un professeur pour cela). Dans mes articles, je présenterai des travaux d'adhérents. Je n'ai pas qualité pour les juger. Le choix des œuvres présentées ne résulte que de la bonne volonté des adhérents de me les confier pour les photos. Les remarques que j'y ferai ne reflètent que l'impression d'un quidam qui, certes, aime les beaux livres, mais sans compétence particulière sur le sujet. Je me donne la position d'un journaliste, aucunement celle d'un spécialiste. Je tenais à préciser ce point, afin qu'il n'y ait pas de malentendu.




mercredi 20 janvier 2016

Galette des rois Samedi 16 Janvier 2016

Ce Samedi 16, les Lieurs ont posé le scalpel, le plioir et les ciseaux, pour une cérémonie bien plus futile...
                                                    ...  LA GALETTE DES ROIS ...


Galette du matin. Il y eut même un roi et une reine !


Galette du soir ... encore un roi et une reine !
On en voit même un(e) qui travaille; cherchez bien !

samedi 16 janvier 2016

Ma première année de reliure : 2014/2015

J'ai trouvé le livre qui m'a conduit à la reliure dans le garage de mes grands-parents il y a plus de 30 ans. Dans cet ouvrage en bien piteux état se trouvait, entre autres, "Pêcheur d'Island" de Pierre Loti.
Je me suis inscrite à l'atelier des Lieurs de Sénart après être venue à la porte ouverte où Jacqueline et Camille m'ont accueillie en m'expliquant leurs approches et les techniques utilisées dans l'atelier. Je décidais donc de me lancer. 
Avec le soutien et le savoir de Marie Odile, j'entrepris la reliure complète de 5 livres (dont un en dos plat) et l’emboîtage de 2 autres que j'ai réalisé dans l'année.

Lavage à l'eau de tous les feuillets dans ma baignoire puis mise sur du papier adsorbant et séchage. 
Préparation d'onglets,
et collage à la colle "maison"
Choix d'un relief en vagues pour le dos et d'un en-cadrage  en creux évoquant les motifs celtique pour le recto de la couvrure.
Autre "sauvetage"!
Le livre de conte "Astrid la reine des neige" avec de la toile et des gardes de couleurs de "rêve"!
Premier livre "La caricature"
2ème, celui-ci n'ayant aucune couverture.
Etat final après reliure complète.
Reliure d'un petit livre Larousse.

Préparation de l’emboîtage.
Choix de 2 techniques différentes pour les couvrures
de ces 2 livres de maths, une plus classique pour celui de gauche
datant de 1941 et une plus moderne pour celui de droite de 1975.
Il se peut que les termes que j'emploie ne soient pas très précis ou très "pro" mais il me faudra encore quelques temps pour acquérir tout le vocabulaire spécifique à la reliure.
Sophie Perrier-Jannin

jeudi 14 janvier 2016

La guitare buissonnière, une coopération reliure/calligraphie

 Présenté par Camille

Cet ouvrage unique est une création originale de deux ateliers draveillois : notre  atelier de reliure "Lieurs de Sénart" et l'atelier de calligraphie "Art et Plume". L'ouvrage devait servir également à illustrer l'activité du conservatoire de musique de Draveil pour la section "guitare".

Le projet a été imaginé et lancé par Jacqueline puis a fait intervenir de nombreux participants, qui, certes, ont pris leur temps,  mais ont en fin de compte livré un bel ouvrage dont on trouvera quelques pages ci-après.



Tous les intervenants ne seront pas cités; certains ont signé leur travail, d'autres non, quelques uns ont eu des interventions plus techniques d'édition, de montage. Dans l'ensemble, les deux ateliers ont fonctionné dans une dynamique globale qu'il y a lieu de saluer.

 
 Le montage et la couvrure sont essentiellement réalisés par notre formateur Marie-Odile dans une peau rouge-orangée, après montage des pages indépendantes sur onglets.
Le décor est composé de véritables fragments d'une table de guitare incrustés (Francis), et de notes de musique découpées dans une peau noire enchâssées dans la couvrure (Edmond)



Les pages de garde couleur sont une création originale de notre formateur. La guitare apparaissant dans une fenêtre est réalisée par Pierre T. dans du placage de bois.



 L'ouvrage comporte une partie didactique sur l'histoire de la guitare, recueillie et présentée par Christiane (texte calligraphique), Micheline (au centre, texte partiel), Fernand (calligraphie).



D'autres documents s'attachent plutôt à l'instrument lui même: fabrication (Francis, texte partiel), vue d'un des premiers instruments.


 Maintenant les artistes s'en donnent à cœur joie; ici Anne généralement inspirée par tout ce qui sonne juste...


 ...Jacqueline qui fait s'envoler les notes de musique, voire les guitares elles-mêmes...


... qui finissent par se mélanger, selon Nathalie et Jacqueline....


 ... enfin Josette, Claire et Fernand nous mettent la guitare dans tous ses états.




Ne manquaient que quelques poèmes sur le sujet, que Danielle (avec Michel), et Josette....



 ... puis Camille se sont empressés de composer ou d'illustrer.


Pour terminer, la jeunesse, chevelue ou non, se devait d'être représentée, comme ici par Claude et par Roland.

mercredi 13 janvier 2016

Cela vous fait penser à quoi? Stendhal... mais non bien sûr...



Et maintenant ? vous y êtes ?.... 




DOISNEAU bien sûr .... "Paris par Doisneau" Ed. Flammarion.


Toile rouge, papier marbré fait main (deux bains). Sur le recto encadrement avec"autoportrait de Doisneau". Sur le verso mini rappel de la couverture d'origine. Le dos réalisé en relief (lettres découpées)

Réalisé par Christine







Toile noire, papier noir et blanc (couleurs de Doisneau). Sur le recto incrustation d'une mini loupe en forme d'appareil photo laissant apparaître le "baiser de l'hôtel de ville".
Sur le dos le titre d'origine, positionné à la française.

Réalisé par mes soins.







Michèle

mercredi 6 janvier 2016




Le Petit Prince version reliure japonaise

Je me lance depuis que Camille me demande de publier... Il a raison il faut le faire vivre ce blog et donner l'occasion de nous faire connaître et de montrer nos œuvres... Mais oui osons...

Donc réalisation de la reliure grâce à l'aide de Marie Odile et à moi l'imagination... Ça n'a pas été simple.. J'ai opté pour du tissu,  symbolisant le Petit Prince, pas facile à trouver .... Mais Christine... a trouvé un site aux USA j'ai consulté Spoonflower.... magique plusieurs choix de coton ... Je commande et voilà au bout de 3 semaines mon coupon 1m x 1m arrive ... trop beau.
Pour info ce site réalise tissu papier déco avec vos propres photos...

Le voici.... sous toutes ses coutures...

Bonne lecture et à bientôt

Michèle









lundi 4 janvier 2016

De la dorure aux Lieurs, c'est possible ! et c'est vrai ....

Rédigé par Camille

La dorure des titres de nos reliures, à fortiori la décoration de reliures à l'aide de fers à dorer, tout cela a longtemps fait reculer nos adhérents, au point que nos titres étaient généralement sous-traités à l'extérieur.

Quelques hurluberlus s'étaient pourtant aventurés dans cette voie, au sein de l'atelier de dorure de Viry-Chatillon, et en avaient retiré une petite expérience: Edmond, Pierre, Roland, Camille, et plus anciennement Roger, Gérard avaient profité de cette opportunité.

Aux Lieurs pourtant, le sujet restait un peu tabou... jusqu'à ce jour !! Quelques acquisitions de matériel, il est vrai, ont un peu changé la donne ! Mais un changement d'état d'esprit, surtout, a fait sauter le verrou !

"La dorure, c'est difficile", disait-on. Il n'aurait pas fallu en dire plus pour attirer notre risque-tout de l'atelier; tout le monde l'aura reconnue, Christine, bien sûr, attirée par l'obstacle comme la guêpe par la tartine de confiture.



Trois séances de travail sous la houlette d'un instructeur aux compétences limitées, voire douteuses*, quelques conseils complémentaires de Roland et Edmond, ont suffi à notre maîtresse-casse-cou pour s'élancer courageusement dans l'aventure.

Premiers essais ci-contre, on notera l'allure très appliquée de l'opératrice.



 Il s'agit maintenant de monter une pièce de titre pour l'ouvrage de Melville: Moby Dick.

Attention Christine , tu as choisi une peau (peau sciée à épiderme froissé)  trop difficile pour la dorure ! Peine perdue ! La couleur est la couleur; ça sera ça ou rien ! Livre promis pour Noël !  Mais on est en Décembre !!! Conseillez-lui une bonne adresse à Paris... là vous l'énervez carrément !

Bon voyons ! Dans l'ensemble ...


... de plus près ....





- C'est cadré ?
- Bien ! oui ! c'est cadré !
- C'est droit ?
- Bien ! oui ! c'est droit !
- C'est doublé ?
- Bien ! Non ! c'est pas doublé

Le livre a été livré à Noël





Depuis, quelques lieurs non encore formés se sont dits intéressés... A suivre !

* Il s'agit de Camille

samedi 2 janvier 2016

Une visite à l'observatoire Camille Flammarion

Le  8 Décembre, l'Observatoire Camille Flammarion à Juvisy accueillait un groupe de nos relieurs accompagnés de quelques uns de leurs conjoints. Ainsi sept relieurs et 5 de leurs époux ou épouses participaient à cette visite.

Le Comité d’Organisation ayant opportunément réservé, entre deux jours de pluie, un jour de grand soleil pour la circonstance, la visite a pu s’effectuer sous un ciel lumineux propre à d’intéressantes observations à la lunette. 

Le sympathique Vice-Président de la Société Astronomique de France, Mr Oger, nous a fait découvrir avec passion les parties restaurées de l'édifice : la coupole et la lunette.

Les photos ci-dessous montrent l'entrée du parc et le bâtiment principal. Au dessous, le groupe de relieurs attend l'ouverture : de gauche à droite Camille, Andrée (ép. de Pierre T., de dos), Christine, Josette (ép. d'Edmond), Mr Oger (à demi caché), Michel (ép. de Danielle), Danielle, Pierre L., Edmond. Béatrice (ép. de Camille) et Pierre T. sont hors champ, Paulo et Geneviève ne sont pas encore arrivés.







Ci dessus, la coupole vue de la terrasse, pouvant tourner sur un plan équatorial, partiellement ouverte pour dégager le champ à la lunette. En bas à droite, la tour de l’édifice, non encore restaurée



Ci dessus, Mr Oger s'active avec vivacité pour positionner la coupole, ouvrir un panneau du dôme et orienter la lunette.



Le dôme est maintenant ouvert et la lunette est pointée vers le ciel




Vues de détail de la lunette. On remarque la complexité du système d'orientation.


 
L’image du soleil est projetée sur un papier. On observe les tâches solaires. En bas, au centre, Béatrice observe le soleil à travers un filtre en "Astrosolar".




Chacun de nous s’improvise à son tour astronome amateur. On aura ainsi pu observer successivement les tâches solaires, puis le disque de Jupiter, légèrement nuancé de bandes parallèles, enfin un croissant de la planète Vénus.




Sur la façade sud de l'édifice, on observe le cadran solaire, décalé d'une heure par rapport à nos horloges. Des indications complémentaires sur le cadran permettent d'affiner l'heure en fonction du jour de l'année.





Ci-dessus quelques ouvrages de la bibliothèque de Camille Flammarion. Le livre de gauche est son célèbre ouvrage: "L'atmosphère".  L’ouvrage du centre "La pluralité des mondes habités" est relié avec la peau d’une femme dont le savant avait admiré les superbes épaules au cours d'une soirée. Le troisième ouvrage comporte une dédicace à sa 2ème épouse Gabrielle Renaudot.

Enfin le magnifique parc attenant au bâtiment, où se trouve la tombe de Camille Flammarion.

L'apport de cette visite, sur le plan de l'observation du ciel, fut certes relativement modeste, tant les télescopes ont fait de progrès aujourd'hui, mais ce fut en réalité une plongée dans l'univers du 19ème siècle, sous la houlette d'un véritable passionné, Mr Oger, que nous devons grandement remercier.