Qui sommes nous ?



*************** QUI SOMMES NOUS ?
*******************


Nous sommes une association d'amateurs qui pratiquons la reliure pour notre propre plaisir. Notre local se situe à Draveil, au fond de l'allée du Portugal, qui longe la base de Loisirs.
Notre atelier est ouvert les Samedi matin (9h-12h) et après-midi (14h-17h), en présence de notre professeur, Mme Royer; mais également le Mardi matin et le Jeudi matin, sans cette dernière, et cela toute l'année à l'exception des jours fériés du calendrier.
Nous recevrons avec plaisir toute personne intéressée par la mise en valeur ou la sauvegarde des livres, pour connaître notre travail, nous voir à l'ouvrage, poser des questions au professeur, éventuellement s'inscrire à notre atelier, pourquoi pas ? ... cela à tout moment de l'année.
Donc à bientôt.........


Un mot du Président.
Ce blog est le blog de tous les Lieurs. Chacun peut y intervenir librement, insérer du texte, des photos,... Il n'y a pas de censure. Certes, on le constatera; la signature est le plus souvent celle du Président...timidité ? réticence devant l'ordinateur ? Allez savoir ! Peu importe; qui a choisi le rôle de l'animateur se doit de l'assumer !
Mais là n'est pas mon propos. Animateur, certes, mais pas formateur (il y a un professeur pour cela). Dans mes articles, je présenterai des travaux d'adhérents. Je n'ai pas qualité pour les juger. Le choix des œuvres présentées ne résulte que de la bonne volonté des adhérents de me les confier pour les photos. Les remarques que j'y ferai ne reflètent que l'impression d'un quidam qui, certes, aime les beaux livres, mais sans compétence particulière sur le sujet. Je me donne la position d'un journaliste, aucunement celle d'un spécialiste. Je tenais à préciser ce point, afin qu'il n'y ait pas de malentendu.




mercredi 14 juin 2017

Tuto: la mosaïque de cuir

Rédigé par Camille

Ce petit tutoriel concerne une technique, obtenue de source extérieure, pour réaliser des effets de mosaïque de cuir de type "cloisonné, ou "vitrail". Au delà de l'apprentissage, j'ai pu expérimenter la méthode pour un résultat qui m'a paru intéressant.

Toutes les photos peuvent être agrandies en cliquant dessus
Les * renvoient à des notes en fin d'article

O. Domaine d'application, principe général

 De fait, on trouvera dans cet exposé la solution à deux problèmes différents: d'une part l'assemblage bord à bord de cuirs différents, d'autre part la réalisation de pièces légèrement "bombées" pour donner un effet de relief .
On notera que la méthode est surtout intéressante pour un décor présentant un grand nombre de petites pièces, comme c'est typiquement le cas pour un vitrail*.

La méthode nécessite l'utilisation d'une plaque d'émalène et d'une petite quantité  de colle "Béryplast", vendue dans le commerce médical.

Le schéma ci-après résume à lui seul le principe général de la méthode. On pourra s'y reporter aussi souvent que nécessaire. _______________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________

La photo A1 ci-dessous montre le résultat final de l'opération. Il s'agit d'une étoile en 4 couleurs, qui présente les deux difficultés:
1. les couleurs doivent être assemblées bord à bord de manière précise,
2. les branches doivent recevoir un "bombé" avant d'être insérées dans leurs logements, de façon à créer un effet de vitrail.


A. Réalisation de la forme

Il s'agit de réaliser le logement où viendront se loger les branches de l'étoile. Le pourtour de l'étoile est creusé dans une cartonnette assez épaisse (Photo A2, ici, 2 épaisseurs de 6/10 superposées), collée sur un carton qui peut être le plat d'un livre. Les "cloisons" sont découpées dans la même cartonnette (Ph. A3, toujours doublée). La peau (A4) fait partie de la couvrure du livre, et doit être assez fine (ici: 3/10).


La photo A5 montre l'étoile munie de ses cloisons, ainsi que la peau de couvrure. La forme sera donnée par pressage à l'émalène.

Humecter la peau, nourrir le carton de colle de pâte, éventuellement mélangée de colle plastique; la photo A6 montre l'empilage qui ira sous la presse, soit
ai-carton-peau-émalène-ai (les macules sur la photo sont à enlever).

Le résultat est donné par A7.





B. Les pièces du "puzzle": stabilisation des peaux

Pour obtenir des pièces de forme précise, les peaux doivent être "stabilisés en les doublant de papier.

On travaille sur une plaque de verre (ici, un miroir), préalablement humectée d'eau. On pose une feuille de papier fin, par ex. simili japon, Bolloré*,..., que l'on étale soigneusement à l'éponge mouillée de façon à résorber tous les plis sans la déchirer (B1). Le papier se fixe provisoirement par capillarité.

On fixe définitivement la feuille sur le verre à l'aide de Kraft collant tout autour (B2).

La surface totale étant enduite de colle plastique, on pose des pièces de cuir dont on a choisi les couleurs, sur la couche de colle. (B3). Il est important que les peaux soient d'épaisseurs similaires**.

Après séchage complet (un jour), on découpe la feuille au scalpel, qui se détache d'elle même (B4). On isole alors les pièces de peau ainsi doublées (B5).

C. Assemblage des peaux bord à bord

 Les pièces de peau sont coupées en deux parties, soigneusement au scalpel, en tenant compte que chaque partie devra porter une demi-branche de l'étoile, convenablement orientée (C1).

Les assemblages de couleur se font sur une nouvelle base vitre-papier-colle (C2) comme au chapitre B. (voir B1, B2). L'assemblage des pièces doit être très soigné, de façon à ne laisser apparaitre aucun espace.

 Après séchage, on récupère la feuille de papier dans laquelle on découpe les assemblages (C3).


D. Préparation du "bombé". Doublage des peaux

Pour obtenir un effet de "bombé", on devra doubler les peaux d'un "matelas" souple, par exemple de la doublure de peau (côté chair d'une peau refendue). Ici on a utilisé 2 épaisseurs de doublure de 6/10.
On colle les pièces sur la doublure (D1), puis on les sépare (D2). Eventuellement, on réitère l'opération pour un doublage deux fois plus épais.

 E. Découpage des éléments du vitrail

On prédécoupe la forme des éléments, par ex. dans une photocopie de la pièce A7, ou par "empreinte directe" (E1). Identifier chaque élément (ici N, S, E, O).

 A partir de cette ébauche, on découpe dans une cartonnette les formes des pièces, que l'on ajuste très précisément en les essayant dans leurs logements (E2).

On fixe ces éléments sur les pièces de cuir à l'aide d'adhésif repositionnable, convenablement disposées par rapport aux lignes de jonction (E3). En suivant au scalpel les bords des pièces carton, on découpe très précisément les pièces du puzzle (E4); il faut conduire le scalpel incliné vers l'intérieur de la pièce de façon à créer un léger chanfrein rentrant. Identifier les pièces, (E5), et vérifier leur placement correct dans leurs logements (E6).

F. Mise en forme des pièces

L'opération devra se faire avec célérité*.
Préparer 2 ais, un flacon de "Béryplast", 2 carrés de plastique dont l'un "semi-rigide" (ici du mylar  6/10), la feuille d'émalène (e) (F1), macule et pinceau.

Nourrir le bord des pièces de Béryplast côté "chair" . Les poser côté "fleur" sur le plastique semi-rigide puis poser par dessus l'autre plastique (F2).

Retourner le tout et le placer sous émalène, entre les deux ais. La pression de l'émalène doit s'exercer sur le côté "fleur" (F3).


Mettre en presse 2 heures. On récupère alors les éléments (F4).

(F5) montre l'étalement partiel du "Béryplast" au dos des pièces.

(F6) montre un élément avec son effet de "bombé".

(F7) montre le jeu complet des pièces du "puzzle"

G. Insertion des pièces dans leurs logements

Pour insérer les pièces, on peut les border simplement de colle plastique (G1), ou les enduire entièrement.
La première option laisse aux éléments un effet "coussin d'air" qui peut être apprécié.

On place les pièces dans leurs logements (G2), en marquant bien les bords à l'aide d'un petit plioir.

Après séchage, l'ensemble donne le résultat (G3) (identique à A1)

H. Application

 

J'ai utilisé la méthode pour réaliser le décor de l'ouvrage "La cerise", d'Alphonse Boudard.

 L'auteur y raconte sa vie d'après-guerre lors de ses multiples passages par la case "prison", ce qui explique le décor.

Les "parpaings" ont été réalisés en utilisant la méthode du "cloisonné bombé" décrite ci-dessus.





Notes

O. *En effet, le "bombé" peut s'obtenir autrement par un simple chanfrein intérieur et pressage à l'émalène, mais la réalisation précise des chanfreins est fastidieuse si l'on a un grand nombre de pièces, comme dans le cas d'un vitrail.
 B.  *Le papier "Bolloré" 12g est plus aisé à étaler sans le déchirer.
      ** Dans le cas de peaux d'épaisseurs légèrement différentes, on peut "rattraper la différence" par pressage simultané sous émalène. des pièces de mosaïque collées sur leur doublure (avant le bombé).
 F. * Si l'on a trop de petites pièces, procéder en plusieurs groupes pour éviter au Béryplast de sécher.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire